SanteVerte.org

L'écologie du corps et de l'esprit pour être plein d’énergie



Le traitement naturel des eaux usées ou eaux grises

La protection de l’environnement et la lutte contre la pollution sont deux préoccupations majeures de notre époque. Parmi ces préoccupations, une question monopolise l’attention du plus grand nombre d’entre–nous, mais aussi de nombreux scientifiques : la gestion durable de notre ressource en eau et donc le traitement des eaux grises.

Conscient de l’importance de l’eau dans notre société mais aussi (et surtout) pour notre survie avec l’eau potable, ces préoccupations nous amènent donc naturellement à nous interroger sur les différentes manières de recycler l’eau. Qu’il s’agisse de produire une eau potable ou même une eau destinée à un usage domestique, des techniques existent, même s’il faut alors prendre soin d’étudier l’ensemble du processus de traitement.

La collecte et le traitement des eaux grises

Même si nos gouvernants travaillent à une harmonisation des règles et des procédés au niveau mondial, chaque pays dispose, en la matière de ses spécificités et d’une législation particulière dans le traitement des eaux usées. Par eaux usées, il faut entendre l’eau, qui, après utilisation humaine, serait amené à polluer le milieu naturel, si elle était reversée sans aucun traitement. Dans ces eaux usées, les eaux grises (par opposition aux eaux noires) sont celles, qui contiennent le moins de matières polluantes. Pour une habitation traditionnelle, ces eaux grises sont constituées des eaux de la salle de bain, des douches…

En France, la règle générale reste d’imposer, dans la plus grande partie des cas, l’utilisation d’un réseau d’assainissement collectif (le réseau d’égouts), qui évacuera alors toutes les eaux usées, grises et noires confondues, vers des lieux d’assainissement et d’épuration. Ces derniers pourront, selon les besoins et les spécificités, traiter les eaux de manière biologique ou alors chimique. On peut aussi dans certains cas retrouver des habitations, qui ne sont pas raccordées à ce réseau d’assainissement, et dont l’épuration des eaux devra être assurée par un système individuel (les fosses septiques ou toutes eaux), fortement réglementé par la législation.

Le traitement naturel des eaux grises

Pourtant, les eaux grises, prises séparément du reste des eaux vannes, peuvent être traitées naturellement, afin de retrouver ses caractéristiques originelles. Ainsi, il a été observé scientifiquement, qu’une fosse ne récupérant que les eaux grises d’une habitation permettait en moins de deux semaines d’éliminer plus de 75 % des matières polluantes de ces eaux. En parvenant dans cette fosse, les eaux grises étaient déjà peu contaminées, et après ce laps de temps, le reversement de ces eaux grises dans la nature ne présentait alors plus aucun danger de contamination du milieu naturel.

D’autres procédés permettent également de récupérer une partie de ces éléments polluants, avant que les eaux grises ne pénètrent le sol. Il en est ainsi des racines des plantes, qui puiseront les minéraux (issus en partie de cette pollution des eaux grises) pour accélérer leur croissance.

Il sera également toujours possible, grâce à des bassins de décantation d’épurer ces eaux grises, même si le procédé s’avérera moins efficace dans la mesure où la charge polluante reste très faible dans ce cas précis.