SanteVerte.org

L'écologie du corps et de l'esprit pour être plein d’énergie



Lassitude de la vie : définition et causes

La lassitude physique prend indirectement sa source dans deux phénomènes :

L’allongement considérable de la longévité. Statistiquement, les femmes y dépassent l’âge de 80 ans, que ce soit dans les sociétés scandinaves, au Canada, au Japon et également en France, tandis que les hommes les suivent avec un décalage qui les conduit au moins jusqu’à 75 ans. Inversement, certains pays en voie de développement d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique ne dépassent pas en moyenne la cinquantaine.

La pression de plus en plus forte des contraintes technologiques et le développement incessant du stress. Il en résulte l’apparition d’une classe d’âge intermédiaire entre l’âge adulte et la vieillesse proprement dite. On observe en effet de plus en plus de personnes âgés en bonne santé, mais aussi de personnes qui se plaignent d’une lassitude physique et d’un manque chronique de forces, sans que l’on détecte chez eux de maladie évidente.

La lassitude, cette forme trainante de manque de dynamisme tient à plusieurs causes associées : sommation de stress et d’agressions diverses sur l’organisme, une certaine usure des mécanismes vitaux encore réparables, une accumulation de déchets dans l’organisme et un certain épuisement des agents du métabolisme intermédiaire des tissus (hormones, médiateurs, transmetteurs, enzymes…)

On assiste alors à une diminution de l’activité générale, à un abaissement des performances et de la résistance, qui s’accompagnent d’une lassitude et d’un manque de dynamisme permanent qui se rencontre en période de convalescence chez l’adulte. Ce n’est pas encore la vieillesse proprement dite, loin de là, mais un état d’asthénie, de manque chronique de tonus, qui est encore capable de s’amender.

Paradoxalement, ce manque de forces ne s’accompagne pas obligatoirement de catabolisme, mais au contraire d’augmentation des réserves, de pléthore, portant sur les lipides, le cholestérol, voire les glucides dans le diabète de la cinquantaine. Ce sont plutôt les agents du métabolisme intermédiaire qui sont déficients et qui demandent à être renouvelés. Parallèlement, une remise en route contrôlée de l’activité générale, de la respiration, du coeur et de la circulation, ainsi que des techniques nerveuses du type de la détente et de la relaxation s’impose pour se contre balancer la lassitude de la vie.