SanteVerte.org

L'écologie du corps et de l'esprit pour être plein d’énergie



Comment dépasser une addiction alimentaire paisiblement SANS culpabiliser

NOUVEAU : Notez l'article avec les étoiles !

 


Voici la retranscription… (cet audio est un de mes tout premiers… je n’étais vraiment pas à l’aise)

Bonjour,

Alors aujourd’hui, je vais vous parler d’addiction.

Non pas des addictions au tabac, aux drogues et à l’alcool…

Mais des addictions liées au chocolat, aux chips, à la charcuterie, au sucre ou aux cornichons…

Pour cela il est important de lâcher la culpabilité si vous en avez.

Pourquoi ?

Parce que curieusement, c’est elle qui va vous faire rechuter, si vous vous laissez embarquer par elle.

Même si d’autres ont eu des expériences différentes…

C’est personnellement ce que j’ai pu expérimenter, durant plus de 10 ans de changements de mode alimentaire.

Ce que j’ai pu voir est que souvent on se juge sans forcément s’en rendre compte.

Par exemple, cela commence avec un constat… les chips sont trop salés, mauvaises pour la santé, trop grasses, cuites à trop haute température ou trop caloriques sans apporter de bienfaits.

Tout cela est vrai, mais les problèmes commencent quand le mental s’en empare pour dénigrer ou mépriser les personnes qui en mangent beaucoup ou terminent le paquet à chaque fois.

Ces personnes sont donc assimilées à des personnes qui ne peuvent pas se retenir.

Les mangeurs de chips deviennent en quelque sorte des êtres inférieurs.

Ils sont fautifs de se laisser aller !

Mais, aussi de se faire avoir aussi facilement et de ne pas pouvoir y renoncer d’aucune manière.

C’est en quelque sorte peine perdue de les aider, car les mangeurs de chips sont devenus des êtres faibles qui ne peuvent que subir (pour le mental).

Et le juge intérieur prend le pouvoir.

Et en fait, il n’en est rien, car juge et jugé ne font qu’un.

C’est la grande illusion du mental !

Et en réalité le juge et le jugé sont la même personne.

La victime que nous sommes se sent d’autant plus incapable que le juge a des pensées cinglantes et accablantes.

Pourquoi ce juge ne se rend-il pas compte d’être ce qu’il juge lui-même ?

Arrêter ce combat sans fin est la solution.

Avoir de la bienveillance envers soi et les personnes dans le même cas que nous… c’est une issue noble.

Une fois cela réalisé, difficile pour le juge de revenir sans être vu comme un éternel querelleur sans intérêt.

Bienveillance aussi pour ce juge qui ne comprend pas qui il est.

La fusion entre juge et jugé reviens à réaliser qui nous sommes tel quel.

Ni un superman, ni un être dérisoire.

Voilà, cela, juste ainsi !